Du canyoning dans la Sierra de Guara, aux richesses religieuses de l'art mudejar, classé au patrimoine mondial par l'Unesco, des vertes sierras de Navarre aux étendues désertiques d'Aragon, des 3 000 au désert des Bardenas,  les Pyrénées espagnoles offrent de multiples visages à découvrir en cheminant le long de la Senda, le GR11 qui les traverse d'Est en Ouest.
Quand la coruscation du Tozal de Guara enflamme le levant, c'est un peu comme si les Pyrénées espagnoles se maquillaient au sable de l'Afrique.
 
Davantage que l'altitude, même si l'Aneto est le point culminant de la chaîne et si près de 60 sommets tutoient les 3 000 m, ces Pyrénées du Sud sont avant tout celles de la couleur, le blanc des sommets toujours enneigés, le jaune des océans de genets de printemps, le saphir des 500 lacs de l'improbable archipel des Encantats, le rouge des coquelicots dont se pare le faux désert navarrais des Bardenas Reales et partout l'ocre de la terre.
 
Le versant sud, c'est aussi une errance au creux des ravins écorchés de Guara ou sur les flancs du Mont Perdu et de ses 3 355 m ; c'est la féérie d'Ordesa et de son parc national, le plus ancien des Pyrénées (1918), cette « vallée espagnole » que Russell qualifiait de « merveille digne des canyons d’Amérique. ».
 
 


C'est la Garrotxa et les gueules béantes de ses volcans éteints ; la vallée de Boí et son chapelet d'églises romanes inscrites au patrimoine mondial de l'Unesco ; ce sont les massifs calcaires de Navarre, les sierras d'Urbasa et d'Andia ; c'est l'Andorre, une exception pyrénéenne.
 
Ce sont des villages, abandonnés parfois en Aragon ; c'est Benasque, La Mecque des montagnards ; c'est Alquézar dans son écrin ; c’est la collégiale de Roncevaux où débute le Camino Frances ; c'est Lizardoia, l’une des rares réserves intégrales d’Europe ; c'est Montserrat ; c'est l'art mudejar ; c 'est le sanctuaire de Nuria ; c'est la Senda, le GR11 qui vous permet de découvrir cet autre monde.