Catalanes, bigourdanes, ariégeoises ou basques, les maisons pyrénéennes sont toutes différentes. Pour autant, partout elles sont la pierre angulaire de la famille, de l'identité et le reflet de l'organisation sociale. Pour leur construction on puisait  dans les richesses locales, bois, ardoise, lauze. On trouve encore, dans les pâturages d'altitude quelques vestiges de cabanes construites par les bergers.

L'etxe, la maison des Basques, bien davantage qu'une habitation symbolise l'organisation familiale et sociale. Elle désigne la famille, et le maître de maison, etxekojaun, transmettait sa « charge » à l'aîné qui héritait de la maison. On constate ainsi que dans les Pyrénées, la maison possède une valeur symbolique aussi importante que celle d'usage.

Longtemps, le bois fut le trait d'union entre toutes les maisons des Pyrénées, que ce soit pour les galeries, en bardage de pignons, en frises découpées…, il était le matériau incontournable de la maison paysanne à la résidence thermale.
 
Cependant, de briques ou de galets, l'habitat traditionnel diffère selon les vallées, l'altitude et l'exposition qui modèlent l'implantation des maisons.
 
Les matériaux locaux comme l'ardoise sont employés pour les toits qui plus on monte  affichent de fortes pentes pour permettre l'évacuation de la neige.
 
On distingue trois grandes zones en terme architectural : le Pays basque, du Béarn à l'Ariège avec notamment des granges typiques faites de bois et d'ardoise et le territoire catalan.