Des brebis par milliers, des vaches pour la plupart de races exclusivement pyrénéennes, des chevaux en liberté, en Ariège et au Pays basque, des transhumances pour monter à l'estive et en redescendre, de très rares vaches sauvages, des chiens, compagnons des bergers pour guider et protéger les troupeaux, tous ces animaux, domestiques ou un peu moins, vous pourrez les observer à loisir partout dans les Pyrénées.
Elles accompagnent du regard les très nombreux randonneurs qui cheminent à travers la réserve d'Orlu en Ariège.
 

Tradition ancestrale, la vache gasconne, puisque c'est d'elle qu'il s'agit, passe tous ses étés en estive un peu partout dans les Pyrénées.
 
Comme sa cousine, la Casta reconnaissable à ses grandes cornes ou encore la Lourdaise, elle fréquente davantage la montagne que l'étable.
 
Des animaux d'élevage, ainsi en liberté, on en croise un peu partout tout le long du massif pyrénéen et bien sûr, surtout des ovins.
 
Compte tenu de l'importance et de la place historique du pastoralisme, on ne s'étonnera donc pas de croiser d'énormes troupeaux de brebis.
Seul le spécialiste sera apte à différencier la Tarasconnaise, qui compose la majorité des troupeaux ovins des Pyrénées, de la Castillonnaise, la Barègeoise, ou encore de la basco-béarnaise que l'on rencontre plus particulièrement dans les vallées d'Ouzon ou d'Ossau.
 
Seule, peut-être, la caractéristique Manech à tête noire, croisée entre la Haute-Soule et la vallée des Aldudes, se distingue de ses congénères.

Vous pourrez les rencontrer et les accompagner lors des célèbres transhumances au cours desquelles, à la fin du printemps ou au début de l'été, les bergers accompagnent leurs troupeaux vers les estives, le chemin inverse se faisant généralement au début de l'automne. Parfois des troupeaux de plusieurs centaines de bêtes défilent ainsi sur le bitume, guidés par l'impétueux labrit, l'historique berger des Pyrénées, qui tend de plus en plus à être remplacé par un lointain cousin écossais le border collie. Gardien et protecteur de troupeaux contre les prédateurs, le Patou, chien de montagne des Pyrénées, en impose par son imposante stature.
 
Vous pourrez aussi croiser quelques chevaux de Mérens, élevés en semi liberté, dans la montagne ariégeoise, ou, à l'autre bout de la chaîne quelques pottokak gambadant au-dessus d'Urepel et peut-être parfois en compagnie d'une betizu (ou betisoak), la seule vache sauvage des Pyrénées, menacée malheureusement d'extinction.